Blog de Cnash

15/01/2014 17:25

Confession d’un capitaine de vaisseau intergalactique

tags : Ghetto, guerre, étoiles, remords, massacre de masse

[Entrée mise à jour le : 15/01/2014] [Entrée mise à jour le : 15/01/2014]

Mongolie, Ourga Année 3337

Confession d’un capitaine de vaisseau intergalactique.

 

Le ghetto est un endroit cerné de gardiens en armes toujours prêts à tirer. A arracher les cheveux des jeunes filles. Toujours prêts à les violer à les tuer à les faire disparaitre. Et qu'il ne reste rien d'elles. Le ghetto est une étoile à six branches ou j'ai élu domicile.
On m'y a déposé lorsque je suis né.

Personne pour me demander mon avis.

Ma carte de séjour sur terre annonçait une ligne de vie tourmentée. Séismes, tremblements de terre, cyclones, explosions. Mais aussi vitesse de la lumière et voyages dans les galaxies. Un jour peut être je ferai partie de la garde d'honneur de la lumière. Je la protégerai contre l'obscurité qui gagne dès qu'on relâche son attention.
Ma carte de séjour affirmait que je passerai mes jours dans le ghetto
Je devrai trouver seul la clé de cette contradiction.

IL y a 10000 façons d'être enfermés.

Sauf pour les juifs de Varsovie ou de Gdansk etc.  Leur destin fut de souffrir de la faim jusqu'à peser moins de 30 kg. D'attraper des maladies comme le typhus ou le Cholera. Nombreux furent ceux dont la vie se termina dans l'humiliation, la résignation et la souffrance de maladies d'un autre siècle, d'un autre pays, d’une autre planète. Il y a 10000 façons d'être enfermés.

Le bébé dans le ventre de sa maman ne souffre pas des rigueurs du ghetto.IL attend bien au chaud. Tape du poing et du pied. Pour la majorité des bébés les neufs mois passent presque trop vite.
Pour s'en convaincre il suffit de lire le journal d'un bébé. Euh … Ils sont très rares …car la plupart des bébés ne savent pas écrire. Sauf sur AlphaK320 très loin dans la galaxie à très haut débit. Là bas on ne coupe plus le cordon.
On tranche juste le fil qui relie le nouveau né à la source d’énergie. Je n’en sais pas beaucoup plus. Je n’ai pas accès aux données d’AlphaK320. Une planète maternité très protégée. Une infirmière qui y travaille s’est  retrouvée au ghetto (elle en avait trop dit) et m’a parlé de ces bébés qui écrivent au plus tard à la naissance. Elle n’a pas souhaité m’en dire bcp plus. Elle semblait terrifiée. Ses yeux étaient comme deux billes de cristal après une implosion.

 

Un capitaine de vaisseau

Sortir des que j'aurai l'âge de voler. De piloter. De naviguer dans hyperespace.
Parmi les champs de météorites, les diamants vénéneux, attaquer le ballet fascinant de miettes de soleils prêtes à détruire nos vaisseaux.
J'ai fais serment de protéger la reine, là ou se mêlent toutes les couleurs: Dans la lumière blanche qui brule les yeux des imprudents.
Contre toute attente j’ai été admis à l’académie militaire.
Pour mes frères mes semblables : on ne sort jamais du ghetto. Les drogues sont un artifice agréable mais elles n’ouvrent pas les portes d'acier et les serrures contrôlées par commandes centralisées.

Je me suis élevé très haut dans les étoiles. J'ai été prisonnier des centaines d’années dans un lit cryogénisé. J'ai passé ma vie dans un autre ghetto.

La reine m'a décoré. Je tremblais de peur et de confusion.
Elle m'a remis les tables sacrées qui rendent immortel.

Et elle m'a offert mon premier fusil thermo nucléaire. Et une épée qui puise son énergie dans l'esprit de mes ennemis.

Et j’ai fais la guerre. J’ai tué, pillé, massacré, exterminé des peuples, des cultures dont le seul tort fut de ne pas vouloir se laisser asservir. J’ai servi avec zèle la lumière blanche et la nuit je voyais tous ceux que j’avais tués en une journée. Je tentais de me convaincre que j’étais du coté du bien, de la civilisation et du progrès. En fait je n’étais qu’un semeur de mort. Cette fois j’étais prisonnier d’un ghetto idéologique ou moral. Je n’arrivais plus à me vider la tête.
Alors j’ai déserté.

Après avoir longé les bords extrêmes de la galaxie,
j’ai été rattrapé.
Celui qui m'a reçu hurlait des ordres dans un langage inconnu.
Je me suis retrouvé dans le ghetto. Celui ou j'étais né. Des siècles et des siècles et il existait encore!!!
C’est comme si j’avais rêvé.
J’avais pour tache de surveiller « les détenus », des les empêcher de s'évader. Surtout des les tuer de les affamer De répandre la peste sur eux et un concentré des virus dangereux répertoriés.
Je n’ai résolu aucune contradiction.
Chaque jour des morts et aussi de nouveaux détenus.
J'ai amèrement regretté d’être encore en vie.
J'ai retrouvé l'étoile à six branches et je lui ai demandé de me pardonner.


Clodb le 15 janvier 2014 16H08. Local time.

Copyright 2014 All rights reserved

 

  

Pour des raisons de spam, les messages contenant des liens ne sont pas enregistrés. Les commentaires contenant des liens ne sont pas mis en base. Si vous souhaitez transmettre un lien, ne placez pas de 'http' devant.