Drogues

3 objets répondant au tag Drogues

19/01/2012 11:47

Nada

Tags : JP Manchette, Nada, anarchistes, drogues, amour, violences policières
[Entrée mise à jour le : 13/11/2012] [Entrée mise à jour le : 31/03/2012] [Entrée mise à jour le : 31/03/2012] [Entrée mise à jour le : 27/03/2012] [Entrée mise à jour le : 20/02/2012] [Entrée mise à jour le : 20/02/2012] [Entrée mise à jour le : 20/02/2012] [Entrée mise à jour le : 21/01/2012]
    « Le bon roman noir est un roman social, un roman de critique sociale,
qui prend pour anecdote des histoires de crimes »

(1993) JP Manchette

Nada 1972.
"Apres le déjeuner Meyer essaya d'avoir une discussion avec sa femme, qui se termina
comme d'habitude: Anna essaya de l'étrangle
r"

Source « NADA » De JP Manchette 1972.
…..

 1972 Une drole d'année.
Je n'ai étranglé personne mais ca m'aurait pas plus dérangé que ca. Et je ne suis pas Anna « un personnage de Roman».
1972 J'avais  rencontré l' Héroïne le speed  peu importe dans quel désordre.
Pas comme ce JP Manchette Anarchiste-écrivain-  Amateur de Jazz west-coast, grand buveur grand fumeur.   Nada est en parfaite résonnance avec l'ambiance deletere gauchiste de ce Paris d'apres 68.
Nada est un vrai un coup de génie.
Pas un faux positif.
Nada est un livre très français plein de gros mots du terroir comme «pauvre débile » ou « bordel » ou meme « fuck off ».
 Prix d'honneur ou prix d'excellence ?
Trop politique Nada ne recevra aucun prix.
Qu'est que j'en avais a foutre du moment qu'a l'instant "t", à ce moment  ou tout bascule... Je sois près d'une seringue et d'un sachet de poudre blanche .
J'en faisais plus de politique.
J’en avais  jamais fais.
Trop envie de pas me faire repérer.

Un ami m'a dit

- La drogue c’est un piège. Au lieu d’attaquer  la société tu te fous en l’air Laisse tomber
.
Il a jouté «La drogue aussi c’est politique» …sans préciser si c’était de gauche ou de droite.
Et tu  viens à la réunion hein?
J’ai pris ça comme un ordre 
J’ai pris ca mal.
Il était très en colère,  a bout d’arguments et plein de suffisance. Ses cheveux se raréfiaient et il écoutait Jean Ferrat.
Je n’ai meme pas eu a lui préciser que je viendrai pas. J’étais bcp trop défoncé  . Moi aussi je me décevais mais sans amertume ni regrets
Je me grattais l’intérieur du bras en pleine tornade de speed. Des électrons libres  tournaient a TGV  sur un  écran géant. Comment les stopper ?
 Bakounine ne me donnerait pas la solution.
J'en ai jamais fais « sérieusement » de politique.  Ou pour de mauvaises raisons :  Rencontrer des filles … C'était trop aléatoire et il fallait distribuer des tracs.  NON NOn Non non!!!. 
J’écoutais en boucle « Riders on the storm" des Doors,   j'y découvris la pureté d’un diamant.  
Du coté filles : étreintes furtives fugitives humides et humiliantes.
Je crevais d'ennui à petit feu quand j'ai rencontré la chaleur de l’héroïne et l’étincelle de folie du speed.  Coup de foudre immédiat.  
J'avais  enfin trouvé ma voie.
Comme Jeanne d'ARC
1972 J'ai lu "Nada" en quelques heures  - des le début tu sais comment ça fini :  Un massacre.
Pourtant à chaque lecture j’espère une nouvelle fin.
Nada  Un livre d'aventure  inclassable,   dans le contexte   du  gauchisme ultra violent  .  Mais dans le bouquin la violence c’est surtout celle des flics  du coté des gradés comme des CRS de base.
De suite  je me suis «retrouvé» embarqué dans cette bande d’anarchistes qui enlève l’ambassadeur Américain dans un bordel parisien.(Glups !!!).
On peut voir tout et rien dans Nada.
« Le dernier coup » : ex.« la horde sauvage » « Le cercle rouge »
- L’histoire d’amour ( Cash et Epaulard )
- L’arnachiste marxisant désabusé et vieillissant (Epaulard)  
- Buenaventura Diaz  ( quel nom) le seul vrai anarchiste qui crie « viva la muerte » avant de tirer sur un motard
- Meyer ( ?) Un homme frustré-   brisé par la société la folie de sa  femme (Anna). Un type en mille morceaux.  
- D’Arcy l’alcoolique –  Mon personnage préféré celui qui me ressemble «un poco loco». Comme « D’Arcy l’alcoolique » … J’avais un de ces petits lance-pierres en aluminium avec lequel on pouvait balancer des billes d’aciers. Comme D’Arcy je crois en rien. Comme D’Arcy j’étais  une sorte de fils de « bonne famille »  dépravé par l’ennui.  Non plutot "noyé" que "dépravé". Je suis pas alccolique mais ce n’est pas faute d’avoir essayé. Si J’en ai bu des Cognacs et des petits  flacons  de Rhum Negrita.
Honnêtement l’alcool c’est pas  mon truc.
Nada :  Une histoire désespérée sur l'amitié& l'amour, le cynisme des hommes politiques et la sauvagerie  de haut niveau ( Chef de la polizia,  Commissaires etc.)  
De ce coté, rien n'a changé.
Cette dernière affirmation peut faire débat. Je vote pour  «Rien n’a changé et tout a empiré»

Tant qu’il  y a de la vie y a du désespoir, de la misère et  des livres comme «Nada»…  Je peux donc raisonnablement  continuer à flipper. Attention avec cette philosophie nihiliste on meurt jeune ou on vit  branché à une machine jusqu’à 96 ans.
Les temps ont changé.
Terminé  « Balzac 0001 Jean mineur publicité » le gamin  qui balance un pic ( ?) au centre de la cible Over Les temps ont changé.  
Mais pas « Nada ».  
La drogue ? Tu en prends ou pas. Tu fais un choix. Ensuite tu deviens accro. Le choix devient obligation Ne pas être en manque devient le centre de ta vie. Une nécessité vitale . Avec un peu de malchance et de nonchalance ça peut finir en OD& - Paf tu meurs à l’arrivée. Ou paf tu es sauvé par le rock roll ou par une bande d’évangélistes de San Diego.
Ou tu deviens Dingo a Palo Alto.
Ou tu tombes dans le piège de la police montée canadienne. Paf Ils t’offrent un beau cheval blanc.
 Tu regardes la seine.  Ta quête est sans fin elle est vaine. Tu traines ta haine et tu as une dole de dégaine,  tu bois  une dernière Verveine.  Et direct dans la veine.
Tu avales des comprimés - pleins.  Des boites.  Ca sert à rien.
Ils arrivent à te ressusciter. Sauf tu ne peux plus parler. Tu penses en hurlant « Je veux ma maman ».
Tu  te réveilles doucement- Tu as la chair de poule.  
Tu ne sais pas ou tu es. Des hélicoptères te cherchent. Tu es traqués par les flics. Etc.
Et là seulement tu sors du rêve.
A ton réveil tu n’as que 16 ans
Tu dois  réapprendre à   jouer au poker.
« Sois défoncé et ferme ta gueule » …je le pense pas « vraiment » mais y a de ca.
1972 sans Nada et la drogue j’étais prêt aux solution extrêmes.
2012 La lutte des classes remplacée par bcp de luttes ( justes) contre les virus les pathologies auto immunes,  les centrales nucléaires,  etc.
Je ne me vois pas défiler dans le rue avec un panneau
« 10 mesures urgentes contre les hépatites !!! ».
  Je dis pas que j’ai raison..
  En plus je suis pas un grand défileur .Encore moins un militant.
  JP Manchette est mort à 53 ans parce qu’il n’a pas suivi les conseils d’un toubib (arrêter les clopes surtout) . Moi je l’ai fais. J’ai suivi.
J’ai suivi des conseils. Enfin à moitié Comme d’ab je fais toujours les choses a moitié sauf la drogue et tomber amoureux à 20 ans.  
Mais bon j’ai cédé.
Je suis un peu comme chaque personnage de Nada, sauf que j’ai jamais tué de  flics.
Un roman figé dans par la temps ?
Pas du tout c’est ca le miracle « Nada » a toujours autant d’acuité. Lisez le faites vous une idée.
JP Manchette( JPM) et Boris Vian deux surdoués.
JPM  se tape Normal sup’ et Boris entre à  Centrale ( Pas celle de Clairvaux)
Comme Boris  JPM  adore le jazz. L’un fait de la trompette l’autre du saxophone.
Tous deux mourront jeunes. Y a pas de justice.
La différence ?
les romans de Boris  (l’écume des jours) sont datés obsolètes. J’arrive pas a les relire.
Les polars sans prétention de JPM sont  tous d’actualité. Edité réedités - Plein de romans de JPM ont été porté en BD par TARDI . A chaque fois ça sonne  juste.
Le dernier en date «O Dingaux O chateaux» fin 2011.
Le roman de JPM que je prefère est « Princesse de sang » parce c’est son dernier donc Il est incomplet.
Tu imagines la fin que tu veux.
  >La princesse rencontre un prince charmant qui la force à  tapiner sur le strip de Las Vegas  - OK y a surement plus romantique.
«Nada» devait être porté en BD en 2011. On dirait que le sujet fait toujours aussi mal aux dents.
STOP :  Non aux captures d’écran ! :  J EN AI RAS Lé EzBOLA
Ce que j’en déduis ? Comme d’habitude RIEN. Nada

Nada.

T1«Le desesperado est une marchandise, une valeur d’échange, un modèle de comportement comme flic ou sainte
»
T2« Ils(*) tuent pour tuer ! ils sont venus pour nous massacrer  pas pour nous prendre »


(*) La polisse franzousen

Finalement ces extraits sont « trompeurs » - on sait pas tout  …. Et oui du suspense il y en a aussi dans Nada.
Rien n’est écrit dans le marbre.
RIEN.


Claude Chabrol a  essayé d’adapter Nada. Un de gros flop.
Je le reverrai bien  pour m’en assurer
Source :
http://www.imdb.fr/media/rm2787286784/tt0071890


Plus ?
Source : wikipedia
Jean-Patrick Manchette, né le 19 décembre 1942 à Marseille, mort le 3 juin 1995 à Paris, est un écrivain français, auteur de romans policiers, critique littéraire et de cinéma, scénariste et dialoguiste de cinéma, et traducteur. Reconnu comme l'un des auteurs les plus marquants du polar français des années 1970-1980, il est également connu pour ses opinions d'extrême-gauche
Lecteur boulimique, passionné par le cinéma américain et le jazz (il joue lui-même du saxophone alto), il deviendra également fervent praticien du jeu d'échecs et des jeux de stratégie en général. Destiné par ses parents à une carrière d'enseignant, il abandonne à leur grand désarroi ses études à l'École normale supérieure sans terminer aucun diplôme, pour tenter de vivre de sa plume. Il enseigne un semestre le français en Angleterre, dans un collège pour aveugles de Worcester, puis revient en France.

Voir aussi :

26/02/2013 22:52
Héroïne de Tel-Aviv
Copyleft Cnash 1968 - 2018