Vietnam

1 objet répondant au tag Vietnam

01/01/2013 14:10

Mon cousin JIM

Tags : Vietnam, hopital psy, homeless, heroine du triangle d'or
[Entrée mise à jour le : 21/01/2014] [Entrée mise à jour le : 21/01/2014] [Entrée mise à jour le : 21/01/2014] [Entrée mise à jour le : 21/01/2014] Au total, les États-Unis ont largué 7,08 millions de tonnes de bombes durant ce conflit (pour comparaison, 3,4 millions de tonnes ont été larguées par l'ensemble des alliés sur tous les fronts de la Seconde Guerre mondiale). Source : Wikipedia
Le 21 janvier 2014

Au total, les États-Unis ont largué 7,08 millions de tonnes de bombes durant ce conflit (pour comparaison, 3,4 millions de tonnes ont été larguées par l'ensemble des alliés sur tous les fronts de la Seconde Guerre
mondiale). Source : Wikipedia

Jim

Sy.

2014- Je viens d'avoir des news d'une de mes cousines américaines. Son nom est  "Sy."   
Sur la drogue tout nous oppose.
Tout.
Sy. a un frere, Jim. Mon cousin américain.
Jim est né en 1946, Il a deux ans de plus que moi.


Le VietNam (1968)

Jim a tiré le mauvais numéro à ce jeu de hasard qui s'appelle "Conscription": Envoi de soldats non volontaires à la guerre. En 1968 c'est un ticket pour le VietNam.

[Jim -> est parti en 1968 : Direct pour Saigon?] 
]

   
1968 :  "Le commencement de la fin" pour les Etats-Unis.

"Jim s'est retrouvé à Saigon pendant "l'offensive du Têt".
M'a dit un jour Sy.
Jim serait parti en juin d'après Ay. (Une seconde cousine). Selon une "relation" : Jim n'est parti au Sud Est Asiatique qu'en 1970.  Affirme qu'il a été en mission "undercover" au Laos ou au Cambodge.
Au Laos? Déjà Il aurait fallu que Jim soit dans "Les forces spéciales".
Les incursions au Laos au Cambodge n'ont eu lieu que vers la fin de la guerre. (1973..1975) …. Si l’on en croit des livres de référence comme « l’Innocence perdue». Le Laos communiste sert de sanctuaire aux VC (Vietcongs)
Dommage on s'est un peu perdu de vue Ay. et moi.  Mais j'ai toujours son adresse son email son téléphone

Pour Jim, GI de base aller faire la guerre au Vietnam est déjà assez effrayant.

Au VietNam Jim découvre une guerre horrible, massacres, odeur du napalm par temps calme, attentats au coeur de Saigon, etc.  
Et Il faut aussi compter avec l'arme fatale des VC (Vietcongs) : l'Héroïne du triangle d'or. L’ héroine, largement distribuée aux combattants US par le VC, fait des ravages. Le smack ne donne pas spécialement envie de se battre. Pas quand on en dispose à volonté à un prix dérisoire. De l'héroine très pure et de qualité supérieure.
Au VietNam Jim s'initie aux maniement des armes et à celui des  amphétamines (Benzédrine, Dexedrine en comprimés, gélules etc.) fournis par l'armée pour tenir les hommes éveillés pendant les longues traques de plusieurs nuits.  
Jim en prend tous les jours (pour résister au climat tropical?).
IL fume de l'herbe (une habitude courante dans l'armée au Vietnam).
J'imagine que l'héro fut son principal son seul vrai rempart contre la peur, la terreur de mourir.

Morceaux choisis
 
"Benzédrine avec une bière, le matin, le meilleurs des cafés!"
Clament les Marines.
"On a rencontré l'enneni - L'ennemi c'est nous".
Ecrit sur un mur de Saigon.
"Pray for war,  pray for war,  pray for war" chantent les Bérets verts (Des engagés).  Priez pour que la guerre dure longtemps ( trad libre).
ILs sont au VietNam pour remplir une mission divine : Tuer, bruler, torturer faire reculer le communisme; Protéger les grandes banques, les puissances de l'argent, les marchands d'armes, la position des Etats-Unis et la fortune de ses élites. etc.

Jim, Le GI moyen, fait donc la guerre chargé de bières, défoncé au shit, aux amphets et à l'héroine ?
J’en sais rien c’est probable. Il a rencontré le smack et les amphets au VietNam.  
AMERICA AMERICA. Tout le monde se fout de Toi.

Les villes américaines


Jim vient d'une petite ville. Toutes les petites villes américaines se ressemblent.
Les fast foods dégueulasses ou tu ne peux pas commander une bière, Le drugstore, les églises évangéliques qui racolent sans complexes,  les embouteillages, les autoroutes enchevêtrés qui semblent avoir été conçus par un fou.
Le Bar ou tu peux boire un verre, mais seulement dans l'obscurité.
Dans la rue les bouteilles d'alcool doivent être enveloppées dans du papier d'emballage, ce qui les rend plus visibles et permet d'identifier de stigmatiser le consommateur :  De lui coller une sorte d'étoile-jaune
Si tu continues de marcher tu finis par tomber aussi sur l'inévitable bar "Topless". Déprimant.
Si tu continues encore un peu - Tu tombes carrément dans la zone: Le quartier noir.  Des petits Hlm, des gens très agressifs, armés, défoncés. Des dealers de «tout» (drogues, armes, filles). Des pères au chômage. Des mère qui ont peur pour leur gamins.
Tué d'une balle à 12 ans.
C'est assez fréquent. C'est courant.
Les flics ont souvent des Colts  accrochés sur une ceinture de Cowboy en bandoulière. Comme pour  dégainer plus vite. Des Ray ban accentuent la paleur rosée de leur visages inexpressifs.
Il y aussi quelques flics noirs. Dans les années 60-70 Ils sont encore rares.
Plus on descend vers le sud du pays, moins on en voit.
Pourtant La guerre du VietNam est la première guerre ou les "personnes de couleur" (Noirs Latinos cubains mexicains d'origine) sont  mis largement à contribution.
Les années 68 sont également le temps des émeutes à Los angeles, Washington, Oakland et sur des Campus Universitaires. La garde nationale tire de sang froid. Il y  a des morts.
Parmi ces jeunes dont le cœur s’est arreté de battre une majorité de noirs.
Après le VietNam et les émeutes la police, le FBI, la CIA, la NSA souvrent lentement aux gens de couleurs.


Jim et moi.

Tu as beau avoir des parents friqués si t'es majeur et qu'ils te lâchent ...  
... En 24 heures tu te retrouves à la rue.
Jim j'ai jamais pu le rencontrer.
Au retour du Vietnam iL s'est prit une piaule minable. Personne n'a voulu me filer son adresse.
Sy., que j'ai rencontrée en 1970 m'a dit
- C'est mieux que vous ne fassiez pas connaissance.
Mieux pour qui? Mieux PourQuoi?
On avait le meme age quoi! 
J'ai su très tôt que j'avais un cousin qui avait été envoyé au Vietnam.  C'est Ay., une autre cousine américaine qui m'a prévenu par lettre dès 1968.
Je rêvais de Jim.
Un dur à cuire avec un FM et des douilles qui giclent de partout.
Tout comme lui j'ai fais le Vietnam.
J'ai fais le Vietnam en restant en France.
Je l'ai fais en matant la TV. Défoncé au speed/ à l’héroine vers 1972.
Je n'ai quasi aucun souvenir de l'évacuation de l'Ambassade Américaine à Saigon. Cent fois diffusé à la TV. Me souviens juste de vietnamiens qui ne comprennent pas ce ‘lâche abandon’. Des hélicoptères bondées qui basculent et retombent à terre. Explosent en flammes. Des MP  au casque blanc qui matraquent les anciens alliés ALS ( Armée de Libération du Sud Vietnam).
J’ai quelques images peut être sorties de films de fictions –Confusion.
Enfoncé sur un divan les yeux sur  TV, tu ne risques pas de tomber dans un piège à tigre ou de marcher sur une mine.
Jim et moi
On est dingo tous les deux.
Incapables d'additionner deux et deux.
Trop défoncés pour intégrer.
Oui - Jim et moi on était dingo.
Jim était un grand fan des Doors ... D'après ma sœur qui l'a rencontré plusieurs une seule fois.
J'aurais trop aimé le connaitre.
Même si le peu que je sais de lui me fait peur.
On ne se serait pas "forcement" entendu.
On aurait pu être ami ou ennemi - Je le saurai jamais  
J'avais 10000 questions à  poser.
Des questions restées sans réponses.

  Jim dans les villes

Jim rentre du Vietnam avec un œil esquinté par un éclat d'obus.
Physiquement IL s'en tire bien.
Psychologiquement c'est un euphémisme de dire qu'il est "démoli" "ravagé".  
Lorsque Jim rentre au pays Il est salement accroché à l'heroine aux amphets.
Ses parents, sa sœur Sy. sont vite au courant de ses "dérives".
Les amphétamines on en trouve facilement - le prix est faible.
Jim doit en avaler par poignée.
De retour aux USA c'est le rush vers l'heroine!
Elle est bcp plus chère qu'au VietNam. Beaucoup moins bonne.
Les blancs aussi revendent de l'héroine.
Jim  a un urgent besoin de fric.
Jim enchaine des petits boulots "durs" : Matelot- Docker-Camionneur- Videur- Garagiste.
Son seul centre d'intérêt : Les moteurs, les voitures qui vont très vite. Celles qu'on retrouve encastrées dans un maxi-poids lourds, celles dont on ressort décapité.   
Jim se fait virer de tous les jobs qu'il tente.
Selon Sy. "Il a un poil dans la main" (Une seringue dans la veine?) (Une pierre à la place du cœur?)
Comme moi (mais bien avant) Il passera par la case "Kibboutz".
Jim ne tient pas un mois! Il se fait virer pour "des histoires de drogues": IL a fumé du shit avec une fille née au kibboutz. Elle veut partir aux USA.
(Elle le balancera froidement après qu'il lui ait précisée qu'il ne pouvait /
Ne voulait pas l'emmener).
Sans rien sans fric. Tout va vite aux USA.
Les parents de Jim offrent à leurs fils une ou deux clinique privées pour "le" désintoxer. "Le". Jim n'est plus considéré comme un être humain.
Les parents payent mais Ils n'ont aucune compassion ni fierté pour ce fils "drogué" qui a raté tous les concours à l'Université. N'a ramené aucune médaille de guerre.
A chacun des séjours c'est l'échec. Jim replonge à vitesse V.
Les parents lui coupent les vivres, "Pour éviter qu'il se tue".
Jim se lance dans de petits et moyens délits: Deal de dope, vol de voiture, braquage de superettes, chèques volés etc.
Il se balade tout le temps avec un flingue ramené du sud est asiatique.
Ses parents lui évitent la prison de justesse.
A cette période Jim a des accès de violence.
Une violence sauvage. Rouge sanG. Jim est mêlé a des bagarres. Fait volontiers
le coup de poing. Accessoirement Jim se noie dans l'alcool. Injonction thérapeutique (...?) Jim se retrouve dans un  "Hopital psy".
Là bas on le bourre de (neuroleptiques ? de benzos ?  –> Méthadone ?)
Il parait même qu'il voit un psychiatre.
A l'évidence pas très souvent. Il tente de braquer «Les toxiques» et se retrouve en "isolement".
Lui a t-on fait des électrochocs?

Deux photos
Plus tard Ay., ma  seconde cousine qui l'aime bcp me montrera deux photos:  Une des photos a été prise en 1967 avant le Vietnam. L'autre après  son internement,  à sa sortie de l’hopital psy.
Sur la photo de 1967 je vois un type baraqué au visage franc me souriant.
Sur l'autre photo prise en 1973, Jim a vieilli de 20 Ans. IL semble apeuré,
Il a un œil fixe ( en verre ?)  L'autre oeil tente désespérément d'échapper au photographe. Une photo bouleversante
Il a perdu tous ses cheveux (qu'lL avait longs).
Ay. me dit qu'il a un dentier. Je ne peux m'empêcher de penser à "Phantom of paradise", la scène de la prison "Sing sing" ou on arrache les dents à la volée.
Apres les désintoxications ratées, les rejets familiaux, le séjour en psy,  Jim  se retrouve à la rue ... Au grand desespoir de Ay. qui aurait voulu le dépanner.

Ou est tu Jim?

La dernière fois que Jim a été "signalé" (Par qui?), Il poussait un caddie du coté de la ville de Reno. Fin des années 70.
Jamais on s'est rencontré ...  
Jim ESt tu  vivant?  Est tu mort?
...Probablement mort si on s'en tient à la durée de vie moyenne des toxicomanes à l'heroine des rues aux USA.
Mais j'en sais rien. Ay. n'en sait rien. Personne ne sait.
Et je doute que Jim ait repris de l'héroine. IL faut pour celà être en bonne santé et avoir de l'argent.
Quelle est la durée de vie moyenne d'un SDF à Reno? (Etat du Nevada)
Un recensement datant d'avant la crise (2000) indique que plus de 12% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.... contre 3% dans la ville ou Jim est né. Pas un mot sur le nombre de Homeless (SDF)
Ras le bol des stats!
Jim si t'es encore en vie fais moi signe!  
Viens dans mes rêves mes cauchemars. Tu seras le bienvenu.
Tu es comme un fantome en pointillés.
Raconte moi le VietNam.
Raconte moi l'heroine des VC.
Raconte moi comment t'as été blessé.
Raconte moi l'enfermement en hopital public psychiatrique aux USA.
Raconte moi tes petites amoureuses d'avant 1968.
Ton bal de fin du lycée (High School confidential)
Dis moi tout.

AMERICA AMERICA Histoire Basée sur des faits réels j'ai du brouiller les cartes toute ressemblance ..bla bla ... ne serait que pure coincidence.
J'ai reconstitué ce récit grace  au témoignage de Sy. et surtout de ma cousine Ay. Elle l'aimait bcp JiM.
J'ai aussi appris quelques trucs de ma soeur qui a rencontré Jim plusieurs  fois aux USA.  Des cousines j'en ai plein aux usa !!!
Sy., Ay. et aussi Gmail une spécialiste incontestée du  peintre "HOPPER".  Une vraie artiste. Elle est mariée. Ne porte pas le même nom que moi.
Gmail est la cousine d'une cousine que j'ai rencontrée en France quand j'avais 18 ans.
Souvenir precis : Elle mesure 1m 90 (plus?) et m'a battu au Jokari.


C2013 LE 21  janvier 2014  - Clodb ClaudeB Cnash  


 

Copyleft Cnash 1968 - 2018