Morale Quelle Morale

1 objet répondant au tag morale quelle morale

24/12/2013 17:48

Journal de Sarah Blomstein

Tags : Noel, sang, drogue, morale quelle morale, vampires, dracula
[Entrée mise à jour le : 12/06/2014] [Entrée mise à jour le : 12/06/2014] [Entrée mise à jour le : 12/06/2014] [Entrée mise à jour le : 24/12/2013] Suite de "homme qui aimait caresser les jeunes filles"

Journal de Sarah Blomstein

 

Noel 2006

 

Aujourdhui je fête mes 18 ans. Je n'ai rien pu organiser. Mes parents me trouvent trop «provocatrice».

Un jour mon père m'a traité de salope. Je lui ai balancé un verre de vin à la figure en hurlant: "Ceci est ton sang espèce d'impuissant". C'est sorti tout seul. Ah c'était pas longtemps avant Noel.

Il neigeait une boue visqueuse qui sentait comme dans les églises. Refuser dieu ou juste ne pas y croire et j'étais marginalisée. Mes parents me méprisaient. Dans le rue on me montait volontiers du doigt. On me traitait de sorcière et aussi de salope. On m'accusait de faire commerce avec le diable. J'avais cette impression unique de ne pas vivre en 2006 mais plutot au moyen age - Époque des croisades. Celle de Richard Coeur de Lyon, de Robin des bois, celle d'Ivanohé, du chevalier noir et du jugement de dieu et de Rebecca.
De ne pas vivre à la bonne époque. Pourtant ça me dérangeait pas de regarder un DVD ou de télécharger un film sur ce réseau magique "Internet" associé aux services Web. Ce soir je regarde en boucle "Carrie". La version avec Sissy Spacek. Qu'est ce j'aimerais coucher avec elle. On se roulerait des joints et on se caresserait. Et après on se roulerait encore des joints. Et on boirait de la vodka. C'est bien meilleurs que l'hostie. J'ai 18 Ans. Mon anniversaire tombe toujours à Noel. Je suis désespérée cher journal car je suis encore vierge. J'ai hâte de nouvelles sensations.
Des fois je joue à la sorcière. Je me déshabille et je me caresse jusque à en gémir de plaisir.

Un jour le curé m'a effleuré les seins. Il a de trop beaux yeux. Qui sait c'est peut être le diable. Je l'ai laissé me tripoter. Et d'un coup j'étais sur lui à l'embrasser de partout. IL m'a repoussé. Ses yeux se sont vidés. Son visage s'est rétrécit. Et aussi le truc qui se balance entre ses jambes. IL croit surement que je ne sais pas ce que c'est.

J'ai sorti mon opinel et je lui ai crevé un œil.
J'avais 16 ans. On m'a retiré de l'école. J'ai vu de faux médecins qui ne pensaient qu'à me peloter. Mes parents m'ont abandonnée. Je les ai maudits.
ILs sont morts peu après dans un accident de voiture.
Et ILs sont revenus à la vie.
Me demandez pas comment. Un de ces sales cauchemars que je fais quand Noel approche.
Sauf que j'ai eu hyper mal aux dents. Je pouvais presque les sentir pousser dans le noir. Toutes pointues et bien aiguisées.

Je les ai caressées.

C'était très agréable.

Oui j'ai pensé à Vampire mais j'aime pas "twilight" ces séries débiles pour ados attardés.

Sur une site de vente de vieux bouquins je me suis dégotté "Dracula" de Bram Stocker.
La vraie histoire quoi! On aurait dit le portrait de Dorian Gray mais en beaucoup plus effrayant. J'ai flippé quand je me suis immergée dans le journal de "Mina Harker". Je sentais une transformation de toutes mes cellules sans savoir ce que c'était.

Les garçons sont des incultes. Tout juste bons pour les travaux des champs. Je suis sure qu'ils ne connaissent rien aux filles. Ils ne savent pas comment on fonctionne.

Ne connaissent pas Stephen King, l'Arthur Rimbaud des filles perdues. Je me perds tout le temps. Je me perds dans la rue, dans l'autobus, je me perds dans les étoiles, je me perds dans une goutte de sang et je me perds quand j'ai mes règles.

Quand on me fait une prise de sang je sens que je vais mourir.

Tout a basculé une tiède soirée d'automne. Le chat m'a griffé. Pourtant je l'adorais mon minou. Il m'a griffé méchamment. Je ne sais pas ce qui m'a pris. Je l'ai pris par le cou et il est devenu silencieux. Je l'ai mordu juste à la gorge et son sang a coulé dans ma bouche.
Ouah c'était si bon que j'ai flashé à mort. J'avais jamais été aussi bien. J'avais vaguement entendu parler de drogues dures et d'injection ou de "shoot".
Avec le sang j'ai découvert la drogue dure qui me conviendrait à jamais. Le gout était exquis.

Je pouvais percevoir de nouvelles dimensions. Une toute nouvelle façon de jouir. Couverte de sang je riais de plaisir.

Mais ce genre de plaisir peut être dangereux. Je me suis vite accrochée. Il m'en fallait toujours plus. Je ne supportais plus la lumière du jour. Je me suis acheté des lunettes noires et j'ai commencé a fréquenter des hippies des punks. Les mecs me tombaient dans les bras surtout défoncés au shit. Et les filles aussi.

Je m'en fichais faire l'amour n'était plus si important.

Je buvais jusqu'à la dernière goutte de leur sang et j'arrivais a ne plus les tuer. ILs devenaient tout comme moi (des vampires). On formait une sacrée bande. On écumait les boites de nuits et on roupillait le jour près de la basilique de Saint Denis.

J'ai fais des expériences heroine, cocaine mais c'était jamais aussi fort que le sang.

LE SANG.

Au revoir cher journal

IL me reste a rencontrer le Comte - Dracula himself on dit aussi Nosferatu. J'ai un peu peur. IL peut me faire bruler a petit feu et m'avaler comme une brochette. Il a un petit faible pour les vierges ( rumeurs comment stopper une rumeur?).

    ClaudeB Cleft to RAfi Clemz2013 allr rights

Copyleft Cnash 1968 - 2018